Tous Moi-présidents.

Publié le

En route pour Matignon ?

En route pour Matignon ?

Quelle anaphore clonesque ! Chaque matin que le dieu café fait, aux zincs où se prosternent ses matinaux adorateurs, devant leurs chaudes tasses emplies de la divinité fumante, les mêmes paroles circulent de bouches en mains virevoletant pour mieux convaincre l'auditoire.
 
"Moi-président, sans hésiter, voici ce que je ferais."
 
Nous sommes au bas mot trente millions de Moi-présidents à savoir ce qu'il convient de faire. Pour résoudre la crise, pour obliger les chômeurs à ne plus chômer, les immigrés à ne plus immigrer, les maîtres-chanteurs à ne plus maître-chanter, les policiers à mieux policer, les juges à mieux juger, les enseignants à mieux enseigner, les postiers à mieux poster, les chaudronniers à mieux chaudronner, les charcutiers à mieux charcuter. Sans parler de la réglementation que Moi-président je saurais réglementer. Le permis de chasse. Le permis de pêche. Le permis de conduire. Le permis de construire.
 
Chaque Moi-président y va de sa matinale réforme sans frais, aux cafés décaféïnés frais, caféïnés froids. TVA incluse, toute vanité abandonnée, Moi-président, je sais.
 
Ce matin, voici donc les spéculations aux speculos sur le nouveau Premier ministre qu'il faut au Vrai-président, le premier des Moi-présidents, en poste au palais de l'Élysée. 
 
Tous les Moi-présidents s'expriment, et se justifient, pour attendre que le dieu café daigne refroidir dans sa tasse.
 
"Mais non, Sapin."
"Mais non, Delanoë."
"Je vous aurais bien prédit Le Foll mais le président n'est pas marteau, alors je vote Barto, d'ailleurs je l'ai vu dans les journaux de la télé sur internet."
"Et Valls alors ? Pourquoi pas Valls les bains ?"
"Ha, ha, ha ! Tu ne sais même pas que Vals c'est une station thermale du soleil de Satan des Vosges. Tu fais un drôle de Moi-président tiens, qui ne connaît même pas sa géographie."
"Et vous alors ?" demande le moi-barman à un moi-quidam à cravate rose crevette.
"Quel est votre pronostic, votre tiercé gagnant pour la course à moi-Matignon ?"
 
Attente silencieuse et respectueuse.
 
"Fleur Pellerin" répond le moi-quidam, sûr de son fait et de son effet.
"Fleur qui ?" s'exclament treize Moi-présidents à la douzaine.
"Et ça se prétend Moi-président !" s'esclaffe le quatorzième.
"Fleur Pellerin, c'est la japonaise qui est aux affaires étrangères. Elle a été adoptée quand elle était bébé par le couple Pellerin qui édite le journal du même nom. Une femme belle et intelligente, et capable de faire face aux patrons et aux syndicats. Elle est pas mal votre idée, M'sieu Attali."
"Et comme vous savez tout avant tout le monde, je vais appeler mon neveu à la City de Londres pour qu'il aille chez son bookmaker miser sur la Fleur."
"Lafleur ? Il est pas en Nouvelle Calédonie celui-là ?"
 
Et c'est reparti pour d'autres paris en tous genres. Après le Premier ministre, les ministres. Je vous raconterai ça une autre fois. En finissant mon double dieu fumant, j'aime le café chaud, je souris. Et je souscris à cette belle idée de changement maintenant.
 
Une Fleur, sinon rien.
 
 
MB

 

Fleur Pellerin en route pour Matignon

Follow on Bloglovin

Commenter cet article