Tous Moi-ukrainiens

Publié le par Michel Baujard

Ukraineuropa

Ukraineuropa

Je lis et j'entends ici et bien des commentaires affligeants sur le bain de sang qui se déroule sous nos yeux et nos oreilles à Kiev.

Tout cela serait piloté par les affreux américains contre les gentils russes.

Les moi-président(e)s sont bien plus nombreux dans les réseaux sociaux que dans les bars le matin autour des cafés fumants, comme ceux que nous avons rencontrés ici récemment. Je ne sais pas quelles sont les boissons favorites sur les réseaux sociaux, mais elles semblent moins inspirer les consciences que celles du zinc matinal. 

Ne pas s'en mêler. Ce ne sont pas nos affaires. Qu'ils se débrouillent entre eux. 

C'est ce que je lis le plus souvent, avec force documentation sur ceci ou cela, le vote d'hier, celui d'avant-hier, la tyrannie des oranges, le gaz, les intérêts supérieurs du grand capital, et aussi sur la conduite des évènements par des néo-nazis, ce qui suffit amplement comme justificatif pour ne pas soutenir ces opposants. Même s'ils se font tuer. Qu'importe. Nous n'allons tout de même pas favoriser des néo-nazis. 

Bref, je ne vais pas faire étalage d'une science ukrainienne que je n'ai pas, mais il me semble que nous devons un minimum de solidarité à ces manifestant(e)s qui se font tuer par les policiers d'une police européenne. Oui, européenne. Ce n'est pas la Tunisie, ni l'Egypte, ni la Lybie, ni cette pauvre Syrie. Tous pays auxquels hier non plus, il ne fallait pas s'intéresser car nous n'allions tout de même pas favoriser des islamistes radicaux.

Il est fort probable que les mêmes forces destructrices soient à l'oeuvre ici et là dans ces pays. La toute nouvelle constitution tunisienne est venue cependant contredire beaucoup de ces Moi-président(e)s analystes à la petite semaine, mais qu'importe. 

Je ne sais pas ce qu'il faut faire, ce n'est pas de mon ressort, et je fais confiance à notre ministre des Affaires étrangères qui se trouve sur place pour essayer de travailler au mieux à une solution avec ses collègues de l'Union.

Ce que je sais, c'est que je ne peux rester indifferent et que toutes ces circonvolutions sur les réseaux sociaux pour essayer de nous en dissuader me pousse au contraire à le faire encore plus, comme avec la Tunisie en 2011.

Que la paix continue de régner en Europe, de l'Atlantique à l'Oural, c'est ce qui importe le plus. Et pour cela, ne serait-ce que pour cela, oui, que tous les Moi-président(e)s le veuiilent ou non, nous avons plus que jamais besoin de l'Union Européenne. Alors qu'aujourd'hui à Kiev on tombe sous les balles pour nous rejoindre, demain dans nos ving-huit pays, dont certains sont des voisins immédiat de l'Ukraine, nous allons voter. 

Le 25 mai votez

MB

L'Ukraine se déchire pour l'Europe  (26/11/2013)

Laurent Fabius en Ukraine avec ses homologues allemand et polonais. (20/02/2014)

From Kiev. 10/02/2014

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article